Un précieux bidon.

J’ai toujours aimé mon ventre. Jusqu’à mes 20 ans, il a été ma fierté car il était plat, lisse, beau, sans imperfection. Un peu le ventre dont rêvent la plupart des filles mais sans effort. Je ne suis pas une adepte du sport, ce concept me traverse parfois l’esprit mais je n’ai jamais eu la motivation pour m’engager à passer des heures en salle de sport. Je n’ai jamais vraiment trouvé non plus le sport qui m’allait. J’ai longtemps pensé que ce « non-complexe » était un cadeau. Et c’est bien le seul endroit de mon corps que je n’ai jamais détesté. Alors quand nous avons pris la décision de faire un bébé avec Monsieur, il a bien fallu que je me fasse une raison. Il allait falloir être forte et grosse. Et puis, comme si mon corps m’avait écouté, entendu mes peurs, je n’ai commencé à grossir qu’à 4 mois de grossesse. A 6 mois, le bilan (et le bidon) semble plus lourd : +9 kilos. Et ce n’est que le début m’a t-on dit. Mais 9 kilos ne sont pas des conséquences lourdes à porter. J’aime mon ventre. Toujours, mais à présent pour une autre raison. Il porte la vie. Il porte mon fils. Il porte ce qu’il y a de plus beau de moi et ce qu’il y a de magnifique en lui et tout ça réunis dans ce petit être. Et le bidon s’arrondit, mais il est beau lui aussi.

5 mois
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s