Du rose s’il vous plait.

DSC_0098.jpg

J’ai toujours eu la sale manie de vouloir contredire tout et tout le monde. Cela a commencé alors que je n’avais pas plus d’une dizaine d’années. J’avais envie d’être différente, originale, ne pas trop rentrer dans le moule. J’étais une petite fille très épanouie mais je ne voulais pas trop être stéréotypée. En famille, j’étais toujours la petite princesse, je regardais des Disney à longueur de journée et je rêvais du jour où je pourrais enfin me maquiller, mettre des talons, des paillettes pour aller danser et trouver un prince. Mais dès que je sortais du cercle familial, il était hors de question que je sois la même que les autres. Je clamais haut et fort mon amour pour Pokémon et les Beyblade et surtout, surtout pour le bleu. Je faisais déjà la différence entre la forme et le fond. L’image que je renvoyais et celle que j’étais vraiment. Cela a duré des années. Il faut dire que le bleu ne m’a jamais dérangé, et que, fan de l’univers marin cette couleur me rappelais ma passion (qui était vraie, elle) . Arrivée au collège, j’ai du peu à peu m’uniformiser aux autres, je voulais me fondre dans la masse. J’avais compris que les collégiens étaient durs entre eux et qu’il valait mieux se faire petite. Là encore, j’ai vécu de belles années et si je pouvais retourner à cet âge, j’y retournerais avec grand plaisir. Mais le collège, c’était la période où les filles n’aimaient plus le rose et où plus rien ne différenciais personne. Tout le monde était vétu de la même manière. Beaucoup de noir, de marine, de foncé. Tout le monde aimait la même chose et tout le monde se disait j’en-foutiste alors que non, c’était loin d’être le cas. Et puis, il y eu le lycée. Les années où l’on grandit. Et où chacun veut être différent des autres. Chacun son style, chacun son chemin, passe le message à ton voisin… Une révélation pour moi. Je comprenais enfin que l’important n’était pas d’être différente des autres, mais surtout d’être soi. J’ai ressorti mes vieux rêves d’enfants et j’ai redécouvert mon coté hyper féminin. Je ne suis pas un stéréotype. Non, je suis moi. Avec une féminité complète et complexe. Je suis une adepte des dimanches matins à regarder des Disney , et à la couleur rose. J’aime l’argenté, le blanc et le doré aussi. Mais le rose m’a trop manqué. Alors je connais une véritable addiction pour cette couleur. Et j’aime tous les roses, même si en ce moment le pastel est à la mode. J’aime le fuchsia qui me rappelle ma grand mère et le rose Barbie qui me remémore les longs après midis passés dans ma chambre d’enfant. Je ne m’en cache plus aujourd’hui, je suis une nana qui aime les trucs de filles. Je veux du pastel, une longue robe de princesse pour mon mariage, pleins de coussins dans mon lit, des talons hauts, des noeuds et du maquillage. Je veux aussi des macarons, des films romantiques, des bijoux Swarovski, prendre des photos devant des châteaux, des fleurs et du rose s’il vous plait.

Veste : Cache-Cache / Jean : Gemo / Bottines: La Halle / Foulard: Trouvé sur un marché / Sac : Mango

DSC_0097.jpg

DSC_0096.jpg

DSC_0102.jpg

DSC_0105.jpg

DSC_0104.jpg

Publicités

6 réflexions sur “Du rose s’il vous plait.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s