Le château de Vendeuvre.

DSC_0167.jpg

Vendredi dernier, il faisait enfin un temps magnifique sur ma Normandie. Avec mon fils, nous l’attendions depuis longtemps. Je crois que lui comme moi en avions marre de rester cloitrer à la maison à nous occuper comme nous le pouvions. Les activités manuelles et les dessins animés c’est bien mais ça ne va qu’un temps. Nous avions besoin de sortir. Donc ce vendredi matin là, nous nous sommes levés tôt sous un ciel tout bleu et j’ai emmené mon Kéo découvrir le château de Vendeuvre à 10 minutes en voiture de la maison. Je le connaissais déjà mais ça faisait bien 15 ans que je n’y avais pas mis les pieds. Mes parents en garde un souvenir assez désenchanté , moi au contraire c’est un lieu que j’adore. Je trouve que c’est un endroit pleins de surprises, pour les rêveuses en somme. L’ambiance y est familiale même si au premier abord on pourrait penser qu’elle est légèrement hautaine. Cependant, en parlant un petit peu avec les hôtesses, je me suis vite rendue compte que les visiteurs peuvent faire « comme chez eux ». Ainsi, les enfants sont accueillis avec plaisir et les familles peuvent pique niquer ou se reposer dans le parc. Quant aux surprises, elles sont nombreuses. Il y a pleins d’endroits à voir. Tout d’abord, à l’entrée , il y a un petit musée sur le mobilier miniature. C’est tellement mignon de voir toutes ces pièces reconstituées comme si elles devaient être placées dans une maison de poupée. Et puis en sortant on découvre le parc et le très joli château dont on peut visiter le rez de chaussée et les sous sols. Ce ne sont pas des lieux dans lesquels nous nous sommes attardés puisque j’ai un petit garçon débordant d’énergie qui à besoin de courir. Par contre, nous avons passé presque deux heures dans les jardins. Nous sommes d’abord allés dans les jardins d’eau surprises. C’est le plus ludique des jardins du château. En effet, des capteurs sont mis au sol permettant de déclencher les différents jets d’eau lors du passage des promeneurs. C’est aussi le mieux entretenu. Autre lieu insolite, la grotte aux coquillages . Il s’agit d’une petite grotte entièrement tapissée de coquillages qui permettrait de lié les profondeurs des mers et le ciel selon la mythologie. Malheureusement, les grilles étaient fermées et je n’ai pas pu prendre de photos correctes. Nous avons terminé notre balade par les labyrinthes (le moins bien entretenu) et le jardin exotique que j’ai adoré! C’est comme un petit coin de paradis en plein milieu de la campagne normande.

DSC_0165.jpg

DSC_0163.jpg

DSC_0179 (1).jpg

DSC_0185.jpg

DSC_0190.jpg

DSC_0193 (1).jpg

DSC_0194.jpg

DSC_0196.jpg

DSC_0209.jpg

DSC_0210.jpg

DSC_0224.jpg

DSC_0220.jpg

DSC_0228

DSC_0226

DSC_0239

DSC_0241

DSC_0254

DSC_0255

DSC_0271

DSC_0291

DSC_0303

DSC_0305 (1)

DSC_0312

DSC_0326

 

Publicités

Notre journée à Cerza.

DSC_0396.jpg

Samedi dernier, nous avons emmené Kéo au zoo. Nous ne sommes pas très friands de ce genre d’endroit d’habitude. Nous avions été à Jurques il y a quelques années et nous avions été déçus de voir que les animaux vivaient dans de tout petits enclos. C’est pourquoi, après en avoir parlé , nous avons décidé d’emmener notre fils à Cerza finalement. C’est un endroit que nous connaissons et dans lequel nous prenons plaisir à aller puisque les valeurs véhiculées sont celles qui nous intéressent. Il est important pour moi que Kéo connaisse la nature, l’environnement qui l’entoure mais aussi les différents environnements du monde. Je voudrais le sensibiliser à l’importance de la vie qu’elle soit humaine, animal ou végétal ( Et par les temps qui courent ce n’est pas chose facile) . Cerza est un zoo qui s’implique beaucoup dans la protection et le bien être des animaux en sensibilisant ces visiteurs mais en faisant également des actions pour la sauvegarde des espèces dans le monde. Nous sommes arrivés sur place à 11h et avons déjeuné dans le restaurant/brasserie du parc avec une vue imprenable sur la plaine des animaux asiatiques. Deux parcours ont été mis en place pour les visiteurs retraçant chacun un périple au sein des continents. Les panneaux explicatifs sont bien pensés puisqu’ils n’assomment pas les promeneurs d’informations. Ils sont courts et efficaces , ce qui donne aux parents d’enfants en bas âge comme nous l’opportunité de lire sans avoir besoin d’y passer plusieurs minutes. Il y a également des petits jeux (questions/réponses , vrai/faux, panneaux interactifs) qui sont proposés aux enfants tout le long du parcours. Il nous a fallu quatre heures pour faire l’ensemble du parc et Kéo a marché tout le long. Nous avons fini notre journée en prenant le petit train qui lui aussi fait un tour du parc en passant dans certains enclos. Ce qui nous a permis d’en voir un peu plus sans avoir besoin de marcher. Le parc est très beau et les décors toujours bien faits.

DSC_0390.jpg

DSC_0414.jpg

DSC_0501.jpg

 

DSC_0563.jpg

DSC_0591.jpg

DSC_0369.jpg

DSC_0373.jpg

DSC_0421.jpg

DSC_0447.jpg

DSC_0461.jpg

DSC_0544.jpgDSC_0554

Je suis une maman zèbre.

Je suis une maman zèbre. Pas une maman poule, je suis trop cool. Pas une maman cool, je suis trop poule. Je suis au milieu, moi. Je laisse bébé suivre le groupe, mais quand il décide de tailler sa route et qu’il s’approche trop près de la cage aux lions, je le ramène près de moi. Je ne suis pas de celles qui jouent sans cesse avec lui, mais je veille toujours à ce qu’il aille bien. Je vois les prédateurs qui rôdent, mieux que n’importe qui. J’ai l’instinct pour ça. Mais lorsqu’il n’y a pas de danger je le laisse découvrir, gambader, apprendre par lui même. Je ne suis pas une maman poule, j’aurais trop peur de l’étouffer. Mais je suis tout de même irrésistiblement tenter de le surprotéger. Je suis une maman zèbre, puisque je m’entoure de famille et d’amis. Et ce n’est pas moi qui le surprotège, c’est le groupe. Puisque chacun à son rôle mais que le centre du monde pour nous, c’est lui. Je suis une maman zèbre, puisque dans la savane qu’est ma vie, on me distingue par mes rayures, celles de mon ventre qui a porté la vie. Je ne suis pas une maman cool, je n’ai pas accouché d’un roi de la jungle donc je me dois d’apprendre à mon Bébé que dans la vie il faut savoir se défendre et parfois fuir. Que même si la lionne a juste l’air d’une grosse peluche ou d’un énorme chat, il ne faut pas lui faire confiance et qu’elle essayera tôt ou tard de le manger. Qu’il existe aussi les hyènes et les vautours, qui s’intéresseront à lui lorsqu’il aura les mains pleines et qui le laisseront tomber à l’instant même où ils auront fini de le dépouiller. Mais aussi, qu’il y a les gazelles et les girafes qui partagent sans arrières pensées et qui ont un énorme coeur. Qu’il y a les siens et qu’il ne faut jamais qu’il s’en éloigne car c’est le seul vrai pilier, la seule épaule assez large pour pouvoir le porter. Je suis celle qui lui dit qu’avec de telles rayures il est inutile de se cacher, et qu’au contraire il faut être fier de ce que l’on est, de l’être que l’on devient.

Alors, tu vois, je ne suis pas une maman poule, ni une maman cool.

Je suis une maman zèbre.

zebre zzebrezebree