Aqua

 

DSC_0167.jpg

Il est de ces lieux qui vous touchent, vous laissent comme une trace indélébile, un souvenir ineffaçable. Des lieux que l’on découvre petit et dans lesquels on revient régulièrement avec des gens différents pour faire découvrir aux autres la sensation et l’émotion qu’ils ont suscité la première fois. Moi, j’en ai pleins des endroits un peu magiques qui me laissent un sourire béat sur les lèvres et un visage serein rempli d’une émotion certaine. C’est le cas de l’aquarium de Saint Malo que je connais depuis enfant. Comme je l’ai déjà dit ici, j’ai une certaine attirance pour l’univers et ses étoiles mais également pour les fonds marins et leurs mystères . La mer, à mes yeux, c’est comme un monde parallèle où vivent des choses aussi belles qu’étranges et peu de gens ont conscience de la beauté des créatures qui s’y trouvent. En regardant certaines de mes photos, j’ai même quelque peu fait la comparaison entre ce que j’ai vu et les animaux créés par James Cameron pour Avatar. L’inspiration est très nette: des couleurs électriques, de longs filaments qui semblent flottés dans l’eau et ces néons qui apportent cette lumière si particulière. A l’aquarium, se retrouver à contempler ces êtres vivants, c’est comme regarder une scène contemplative au cinéma. C’est long et lent, mais c’est fascinant.

dsc_0153

dsc_0156

dsc_0154

DSC_0170.jpg

DSC_0162.jpg

DSC_0160.jpg

DSC_0172.jpg

DSC_0180.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG_0872.jpg

DSC_0181.jpg

IMG_0862.jpg

IMG_0874.jpg

DSC_0187.jpg

DSC_0188.jpg

DSC_0190.jpg

DSC_0202.jpg

Et voir un lever de soleil.

dsc_0889

Je n’ai jamais été une lève-tôt. Les seuls levers de soleil auxquels j’assiste sont ceux qui se pointent sur la route lorsque je vais au travail. Mais jamais je n’avais assisté à un lever de soleil par plaisir. Je photographie souvent les couleurs du crépuscule , du jour qui s’éteint et qui laisse place à la lune et aux étoiles. J’immortalise les indigo, bleu nuit, rouge et rose-orangé qui apparaissent soudain derrière ma fenêtre et je les contemple de longues minutes sans jamais m’en lasser. Je suis amoureuse du jour qui décline, de son ambiance si particulière. Mais pouvais-je tomber amoureuse du jour qui se lève? Rien n’était moins sur. Pourtant vendredi, après une nuit chaotique et un lever avant les aurores, je cherchais quelque chose à faire. Le Petit Prince ne voulait pas se rendormir et tournait en rond dans la maison cherchant désespérément à quel jeu il pouvait bien jouer. Je me suis alors préparer à sortir, l’ai habillé et l’ai emmené à Cabourg, cette ville dont je parle tout le temps. Il était alors 8h20. Le soleil n’était pas encore là, les boutiques étaient fermées et les bords du canal silencieux. Le lieu avait un coté complètement irréel, il n’appartenait qu’à nous. Et puis, au fur et à mesure de la balade, le ciel s’est éclairci, de mystérieuses couleurs sont apparues. Tout d’un coup , les nuages jusqu’alors gris menaçants sont devenus orange, jaune et rose! Le ciel tout entier s’est transformé pour nous laisser devant un spectacle sans nom. Nous avons donc marché un peu plus vite pour atteindre la promenade et observer cette véritable oeuvre de la nature depuis la plage. Mais l’aube avait l’air pressée, tout comme les gens qui partent travailler. Le jour met trop peu de temps à se lever, si bien qu’une fois la plage atteinte le ciel avait revêtu son habituel habit bleu et gris.

dsc_0899

dsc_0937

dsc_0931

dsc_0917

dsc_0891

dsc_0951

dsc_0957

dsc_0961

dsc_0963

dsc_0964

 

De la douceur.

DSC_0868.jpg

Je ne savais absolument pas comment commencer ce texte. J’avais envie de parler de tellement de choses: du temps, du beige, de la douceur et puis finalement, le plus important c’était de parler de cette pièce que j’ai eu tant de mal à trouver. Depuis l’arrivée de Kéo dans ma vie, j’avais délaissé les pièces en jean. C’était devenu une matière trop dure, trop serrée , trop insupportable. Il fallait que j’apprivoise ce nouveau corps et ce petit ventre qui restera peut être pour toujours alors je me suis plus souvent tournée vers les robes et les jupes. J’ai gardé quelques Jeans d’avant, souvent un peu taille basse qui vous coupent au niveau des hanches et ne mettent pas le corps en valeur. Je les ai gardé pour le travail, pour être à l’aise lorsque je m’abaisse et m’agenouille. Le jean c’était devenu la bête noire de l’armoire. Mais mine de rien, un jean ça s’use et après quelques mois de bons et loyaux services certains ne tiennent plus le coup, il a donc fallu que je me remette à la recherche d’un jean de rechange bien coupé et qui ne me fait pas honte. Après plusieurs jours à trainer sur les sites et dans les boutiques, j’ai trouvé ce jean stretch taille haute à prix tout doux chez H&M. Je crois qu’il va me réconcilier avec cette matière que j’ai trop longtemps blâmée . Hyper confortable et bien coupé, je peux l’associer à n’importe quel haut (peu importe le style ) et terminer ma tenue avec des chaussures et des accessoires qui me plaisent. J’aime sa simplicité et sa douceur.

En parlant de douceur, j’avais imaginé dès le début de la saison présenter ici cette tenue complètement automnale dans les tons beiges et aux matières chaudes. J’ai ajouté à mon nouveau jean un pull aux jolis détails que j’ai rentré dans mon pantalon. C’est mon pull doudou que je porte en toute saison de façons très différentes (vous pouvez l’apercevoir dans cet article) ! En ce qui concerne les chaussures, j’ai choisi une paire de talons à mi chemin entre l’escarpin et la bottine avec des gros noeuds très fi-filles shoppés sur Amazon. J’ai pris mon grand sac Le temps des Cerises que j’aime tant. Enfin, j’ai apporté un peu de rose avec mon collier trouvé sur un marché et ma petite et délicate bague dorée de chez Moa.

DSC_0849.jpg

DSC_0867.jpg

dsc_0879

 

DSC_0859.jpg

 

DSC_0854.jpg

DSC_0888.jpg

dsc_0869

 

Les deux pieds en Automne.

DSC_0322.jpg

DSC_0323.jpg

Comme les temps changent vite! Il y a une semaine à peine, je prônais l’été indien, les petites robes d’été et les imprimés ethniques et d’un coup, d’un seul je mets les deux pieds en Automne. Aucune transition. Vraiment aucune! Je me suis simplement dis en me levant que je serais mieux avec des collants et une robe noire. Celle-ci , la plus basique de toutes, vient de chez H&M. Et puis, il y avait cette chemise bucheron trouvée chez Noz qui m’attendait sagement dans l’armoire. Je la trouve superbe. Ses couleurs sont parfaitement accordées à la saison. Mais il faisait encore trop chaud pour la mettre par dessus ma robe, alors j’ai trouvé judicieux de la nouer à la taille comme on le ferait par dessus un short. Et puis, elle permet de dissimuler un peu ce petit ventre d’après grossesse que je n’ai jamais perdu. Pour accessoiriser cette tenue, j’ai ressorti le chapeau acheté chez Pimkie pendant le printemps et mes bottes La Halle qui sont, à mon sens, les plus belles de ma collection. Enfin, j’ai rajouté mon petit sac bleu électrique venant de chez Jenyfer, s’accordant parfaitement à ma chemise et à mon rouge à lèvres ( le Li-lac-love dont je parle ici ) et un tout petit pendentif Swarovski offert par mon amoureux.

 

DSC_0325.jpg

 

DSC_0305.jpg

DSC_0308.jpg

DSC_0311.jpg

DSC_0301.jpg

DSC_0298.jpg

 

 

Les rouges à lèvres liquides mats de Djulicious.

 
DSC_0057 (1).jpg

Il y a quelques temps maintenant, je découvrais que Djulicious faisait une collaboration avec plusieurs influenceuses afin de créer quelques rouges à lèvres liquides mats. Les filles choisies sont toutes des blogueuses et youtubeuses très connues avec leurs univers bien à elles. Habituellement, ce n’est pas le genre de produits sur lesquels je me rue (je suis fidèle   aux marques que je connais et ne suis que peu intéressée par tout ce qui est créé par les youtubeuses ) mais il faut dire que la donne à changer lorsque j’ai vu que, dans la liste de « collaboratrices  » se trouvait Natacha Birds. Lectrice depuis quelques années de son blog, spectatrice de ses vidéos Youtube et grande admiratrice de son univers, je ne pouvais que me pencher un peu plus sur la question. Du coup, il ne m’a pas fallu longtemps pour retrouver les couleurs qu’elle a créé et non seulement j’adhère, mais en plus, en ce qui concerne le bleu-violet-lilas j’adore. A peine les deux lipsticks commandés étaient ils déjà dans ma boite à lettres! Un véritable bon point pour ma première commande chez Djulicious Cosmetics .

Après plusieurs jours de test, je peux enfin en parler ici! Mon avis est mitigé puisque, malgré toute l’admiration que je porte au travail accompli, dans mon cas, il n’y a que 50% de réussite.

 

DSC_0060.jpg

J’ai d’abord testé le Birdilicious qui est un corail presque néon, le moins difficile à porter. J’ai remarqué que j’avais beaucoup de mal à l’appliquer. J’avoue qu’au début je me suis demandée si c’est moi qui n’était pas douée ou s’il y avait vraiment un soucis avec le produit. La couleur n’était pas homogène, le tracer n’était pas net du tout, une vraie catastrophe. Je l’ai retiré pour réitéré l’essai , j’ai exfolié mes lèvres, les ai hydraté, tout fait dans les règles. Et finalement le deuxième essai a été aussi peu concluant que le premier. Je ne pouvais vraiment pas sortir comme ça, le rendu était atroce. J’ai donc pris mon Iphone pour aller demander des conseils à Natacha directement sur son Instagram. Elle m’a gentiment répondu, me conseillant d’essayer de mettre une deuxième couche lorsque la première est bien sèche . Ce que j’ai fait. Pour le tracer, je n’y arrive toujours pas. Par contre, ça règle assez efficacement le problème d’homogénéité. La couleur est bien opaque. Après, concernant la tenue, le fait d’avoir deux couches pèche énormément. Le rouge à lèvres craquelle, ce qui rend rapidement le rendu beaucoup moins joli et il assèche beaucoup trop les lèvres. Je ne le supporte pas plus d’une heure avant d’avoir les lèvres qui tiraillent vraiment trop et qui m’oblige à le démaquiller. Du coup, j’étais déçue et j’avais un peu peur de ce que ça allait bien pouvoir donner avec le Li-Lac-Love.

DSC_0073.jpg

 

DSC_0098.jpg

DSC_0097.jpg

DSC_0064.jpg

Et là, grosse surprise: je me retrouve avec un rouge à lèvres Lilas facile à appliquer, à la texture agréable et avec lequel je n’ai même pas besoin de passer deux couches. Une fois le rouge à lèvres appliqué, j’attends deux minutes qu’il soit assez sec pour parler et boire. Le rendu est assez homogène et la tenue est complètement dingue. J’ai passé un après midi entier avec et je n’ai eu besoin d’aucune retouche! J’adore le mettre en couche très très fine pour voir par transparence le rose naturel de ma peau. Il n’assèche pas du tout les lèvres et sa texture est très agréable. Bien que plus difficile à assumer, c’est un produit que j’adore porter et que j’utilise assez souvent depuis que je l’ai. Mention spéciale à la couleur originale mais cependant très douce. Je pense que je vais encore plus l’aimer cet hiver, lorsque j’aurais perdu mon bronzage et qu’il m’ira mieux au teint.

DSC_0070.jpg

DSC_0206.jpg

DSC_0203 (1).jpg

Mon avis est très mitigé concernant ces petits nouveaux chez Djulicious. Après quelques recherches, j’ai trouvé d’autres avis sur ces produits et malheureusement, beaucoup disent que la qualité du produit dépend de la teinte choisie. Je suis cependant ravie du Li-lac-love qui est un vrai coup de coeur et qui fera certainement parti de mes lipsticks favoris cet hiver. 

Que des robes!

DSC_0032.jpg

C’est en écrivant cet article que je me suis rendue compte que je propose encore un look avec une robe. C’est pas étonnant , en été, je n’aime porter que des robes. Mais moi qui tient à la diversité ce n’est pas dans ma catégorie « mode/beauté » que j’en suis l’exemple. C’est en allant nous promener à Bayeux que je suis tombée sur cette grande porte, à deux pas de la cathédrale. Je l’ai de suite trouvée magnifique et en accord avec mes chaussures. Je crois même que je trouvais tout très beau dans cette ruelle. En tournant la tête à droite, j’apercevais un bout de la cathédrale qui m’a éblouie, derrière moi ce grand fond bleu rehaussé par des fleurs mauves et un peu de verdure et en face de moi un vieux cinéma tout délabré qui, bien qu’en mauvais état, a tout de même un certain style. Il n’était pas prévu que je joue les modèles ce jour là, j’avais donc revêtue des vêtements d’anciennes collections et arboré un no make up de touriste! Je ne peux pas être plus au naturel que sur ces photos. En ce qui concerne les bijoux, que des choses habituelles également: une bague et un bracelet argenté, tous deux très fins et qu’on distingue à peine sur les photos. Je trouve que cette robe n’a pas besoin d’être associée à plus de bijoux puisqu’elle est, à mes yeux, bien assez chargée, surtout au niveau du décolleté et des épaules. Et puis, il y a aussi mon sac Mango bordeaux qui me suit partout en ce moment. Enfin  pour apporter une touche de couleur estivale, j’ai juste mis mes ballerines bleues façon « Jasmine » que j’adore mais qui sont tellement tellement vieilles qu’elles risquent de ne pas passer l’hiver.

 

DSC_0034.jpg

DSC_0035.jpg

DSC_0040.jpg

DSC_0033.jpg

DSC_0037.jpg

DSC_0036.jpg

DSC_0038.jpg

Les filles bronzées.

DSC_0101.jpg

J’ai toujours trouvé les filles bronzées trop jolies. Je ne sais pas d’où ça me vient mais c’est bien ancré dans ma vision de l’esthétisme chez la femme. Bien évidemment, je ne dis pas que les autres sont laides mais, à mon goût, un teint hâlé légèrement doré, c’est le top du top, un peu comme la cerise sur le gâteau. Je suis Normande et on ne peut pas vraiment dire que chez moi, on peut arborer un joli bronzage toute l’année. Et c’est encore moins le cas cette année. Alors dès que le soleil pointe le bout de son nez, j’en profite pour m’exposer. Bien sûr je fais attention à ma peau et je ne reste pas trop longtemps sur ma chaise longue. Cependant, j’ai la chance de bronzer bien et vite, ce qui me permet de pouvoir arborer de jolies robes blanches rapidement. Pas de chance pour nous ce jour là, à peine le pied mis en dehors de la voiture que la météo s’est gâtée. Il s’est mis à pleuvoir et il a fallu prendre un maximum de clichés en un minimum de temps, entre deux nuages. Pour parler plus en détail du look, je peux d’ores et déjà dire que c’est ma robe blanche unie préférée. Elle est simple et à la fois un peu bohème. J’aime tout le haut de cette pièce avec ses transparences et ses drôles de petits graphismes. J’adore l’associer à mes bottines Pocahontas et à un petit sac tout discret. Je trouve que ça fait son effet.

Robe: Promod / Bottines: Jenyfer / Sac: Jenyfer / Bague et bracelet: Histoire d’Or

DSC_0098.jpg

DSC_0093.jpg

DSC_0092.jpg

DSC_0089.jpg

DSC_0097.jpg

La robe Elsa.

Je suis tellement une adepte des robes de soirées et de cocktail que ça tournerait presque à l’obsession. Je me vois parfois passer des heures sur les sites de mariage juste pour admirer le tulle, la mousseline de soie, le bleu, le jaune et le rose et le noir aussi! Les matières légères qui s’envolent au vent, les drapés qui font ressembler les jeunes femmes à de véritables déesses grecques et les paillettes qui transforment instantanément en reine du disco. Je suis folle de ces tenues un peu nobles, que l’on a trop peu l’occasion de porter. Pourtant, c’est plus fort que moi, il faut que j’achète. Tant pis, si la pièce en question reste sur un cintre dans ma chambre, mes yeux sont ravis et mon petit coeur aussi. Alors, récemment j’ai de nouveau craqué sur un modèle très long et fluide dans un bleu un peu terne que je trouve pourtant splendide. Là où cette robe est une grande première pour moi , c’est qu’elle a un immense décolleté. Mais alors que ça me faisait un peu peur avant la réception du colis, une fois essayée je trouve qu’elle est parfaite et qu’elle ne fait pas vulgaire. Même qu’en la voyant , un de mes amis s’est exclamé  » Oh! Mais ça fait Elsa, la Reine des Neiges! » . Et il a raison, pour sa couleur surement mais aussi pour son petit côté sexy.  Alors, ma trouvaille a été nommé comme ça, la robe Elsa.

Robe: Boohoo 

PS: Oui, oui j’ai oublié de mettre la deuxième manche … 😦

DSC_0002 (1).jpg

DSC_0005 (1).jpg

DSC_0105.jpg

DSC_0010.jpg

DSC_0097.jpg

DSC_0019.jpg

DSC_0023.jpg

 

Blue.

 

DSC_1058.jpg

Ici ,en Normandie, ça fait quelques jours que le temps s’habille de son vêtement gris. Un peu morose pour ces vacances de février. J’avais prévu tout pleins d’activités avec mon fils , essentiellement en plein air et finalement, nous sommes restés à la maison une bonne partie de la semaine. Alors, hier, lorsque le soleil a bien voulu pointer le bout de son nez, je n’ai pas hésité à prendre mon bébé sous le bras, et mon appareil photo autour du cou, direction la côte. J’aurais pu aller en forêt, parce que j’aime aussi les longues promenades sous les arbres et la lumière particulière des bois l’hiver. Mais j’avais envie de voir la mer. Je crois même que de tous les éléments naturels, c’est l’eau qui m’apaise le plus. Et surtout l’océan. Je ne m’attendais pas à prendre des photos exceptionnelles. Ce n’était pas un jour de très beau temps. C’était plutôt mitigé. Des gros nuages planaient au dessus de nous, comme pour nous rappeler qu’une averse est si vite arrivée. Pourtant, sur l’heure que nous avons passé sur la promenade des Anglais, pas une seule goutte n’est tombée. Et en important les photos sur mon ordinateur quelque chose s’est passée. Du bleu, du bleu et encore du bleu. Comme si le ciel s’était reflétait dans l’océan. Nous voulions juste voir la mer. Une autre spectacle s’est offert à nous.

DSC_1060.jpg

DSC_1059.jpg

DSC_1027.jpg

DSC_1070.jpg

DSC_1069.jpg