Christmas tag.

Noël approche à grands pas. Les rues sont déjà remplies de monde, les maisons décorées et les fleuristes détroussés de leurs plus beaux sapins. Quant à moi, j’ai décidé d’écrire quelques billets à propos de ces fêtes de fin d’année. D’ailleurs, aujourd’hui je commence par le si connu Christmas tag.

DSC_0340.jpg

 

1. Quelle est ta chanson de Noël préférée ?

Chante, c’est Noël ! Entendue pour la première fois à Disneyland Paris, adoptée pour toujours. 🙂

2. Quelle est ta boisson préférée pour les fêtes ?

Je ne bois pas d’alcool, c’est pour il est difficile de choisir une boisson pour répondre à cette question. Cependant, c’est la période où je bois plus régulièrement du café. Fin de repas et grand froid obligent!

3. Film de Noël préféré ?

Il y a tellement de films de Noël que je ne sais pas vraiment choisir. Parmi ceux que je revois chaque année, il y a Le Grinch pour son univers particulier, le Pôle Express pour sa poésie et la beauté de l’animation ou encore Legend , qui n’est pas un film de Noël à la base mais que j’ai l’habitude de regarder pendant les fêtes.

4. Quel est la chose que tu aimerais le plus à Noël cette année ?

Je vais avoir un discours moralisateur « à la Miss France » mais j’aimerais beaucoup que les gens arrêtent de se faire du mal. Qu’il s’agisse des choses qui se passent au sein des familles ou à travers l’actualité. Pas de jalousie, de haine, de violence. J’aimerais beaucoup que Noël reprenne son pouvoir rassembleur et que chacun passe de jolis moments avec ses proches. Il est trop souvent question d’argent et de cadeaux depuis quelques années pour les fêtes de fin d’année. Il ne faut pas oublier l’importance de se retrouver et de s’aimer.

5. Quel est ton maquillage ou nail-art/manucure préféré pour les fêtes ?

Mon maquillage est le même depuis deux ans: des yeux verts sapins et une bouche nude. D’ailleurs, je vous invite à revenir très vite ici pour découvrir quelques photos de mon make up de Noël.

6. Ta tenue préférée pour Noël ?

Le réveillon de Noël est le seul soir où, vestimentairement tout est permis! Donc je joue le jeu à fond: du rouge, du sequin, du doré… J’ai pas vraiment de tenue préférée. Finalement j’aime tout « ce qui en jette » !

7. Préfères-tu jouer dehors dans la neige ou rester au chaud, à l’intérieur, avec une boisson chaude ?

Jouer dehors dans la neige si c’est avec Kéo … Le Petit Prince va bientôt avoir trois ans et il n’a encore jamais vu la neige. Je m’impatiente de lui faire découvrir le joli manteau blanc de la nature.

8. Emballer les cadeaux – Plaisir ou galère ?

Sans hésiter , grosse galère! Rien qu’à les regarder, on pourrait se demander si mes emballages cadeaux ne se sont pas pris des chutes. Et pourtant, j’essaye de faire au mieux…

9. Plat préféré de Noël ?

En entrée , les noix de Saint Jacques et en plat de résistance la fameuse dinde aux marrons.

10. Ce que tu préfères à propos de Noël ?

Etre avec mes proches et voir les étoiles dans leurs yeux lorsqu’ils ouvrent leurs paquets.

 

 

 

Portrait chinois des temps modernes.

J’ai trouvé ce portrait chinois des temps modernes sur le blog de Framboiizy . J’ai trouvé ses réponses très intéressantes et son article vraiment très beau. Je pense qu’il n’y a rien de mieux que ce genre de portrait pour commencer à connaitre un peu mieux une blogueuse. C’est une façon de se dévoiler sans être trop dans la vie privée. Aujourd’hui, je donne à mon tour les réponses aux « Si j’étais… » et puis, pour illustrer un petit peu tout ça, j’ai eu le droit d’avoir un petit modèle hyper sage et plein de curiosité.

DSC_0503.jpg

Si j’étais une couleur, je serais une couleur de saison. Je n’ai jamais eu de véritable préférence en matière de couleur. Mes goûts et mes envies changent selon la saison. En ce moment , je serais certainement un beau prune. En hiver, j’ai tendance à me focaliser sur les bleus profonds et les dorés en période de noël. Au printemps, j’aime les pastels que ce soit jaune , rose ou vert et l’été, je me tourne vers tout ce qui tranche avec un beau bronzage.

Si j’étais un objet multimédia, je serais mon Macbook Air pour la simple raison que j’y passe énormément de temps et qu’il me permet d’écrire ici et de retoucher mes photos. 

Si j’étais un fruit, je serais  une banane. Le seul fruit que je peux manger à n’importe quel moment de la journée.

Si j’étais un bonbon, je serais un Schtroumpf ! Ce sont mes bonbons préférés depuis toujours. D’ailleurs mes amis le savent, et m’en ramène à chaque fois qu’ils passent la soirée chez moi.

Si j’étais un objet, je serais un appareil photo. C’est l’objet qui me suit le plus dans ma vie quotidienne et que j’adore utiliser pour immortaliser mes petits moments de bonheur.

DSC_0491.jpg

Si j’étais un film ou une saga , je serais Gatsby le Magnifique. Je suis fan de Leonardo Di Caprio, admiratrice de Tobey Macguire et Carey Mulligan. Ce film est très bien réalisé, les images sont splendides et l’ambiance des années 20 à New York me transporte à chaque fois. Visuellement, il fait partie, selon moi, des plus beaux films jamais filmés.

Si j’étais un dessert , je serais un macaron . La gourmandise la plus girly qui soit, et au goût incomparable. J’en mange souvent, j’adore ça!

Si j’étais un Pokémon , je serais Pikachu. Je ne suis pas très branchée Pokémon , même si j’ai vu énormément d’épisodes quand j’étais petite. Pikachu est tout de même le personnage emblématique du manga. Et puis, je le trouve adorable.

Si j’étais un filtre Snapchat, sans hésiter, je serais celui avec les oreilles de chat! D’ailleurs, j’en parle juste ici.

Si j’étais un déguisement, je serais une Cendrillon. Les longues robes de princesses m’ont toujours fascinés. Et , à mes yeux, celle de Cendrillon est la plus belle.

Si j’étais un personnage Disney, je serais Pocahontas. C’est mon dessin animé préféré.

DSC_0449.jpg

Si j’étais une musique entêtante, je serais « Chante! C’est Noël. » J’ai une histoire particulière avec cette chanson. Nous l’avons entendu, ma mère, ma soeur et moi, pour la première fois à Disneyland Paris. Depuis, c’est notre chant de Noël familial.

Si j’étais une carte à jouer , je serais l’as de pique. Là encore, c’est à cause d’une histoire particulière. Quand j’étais petite , nous jouions beaucoup à la bataille avec mon grand père et la seule carte qui , esthétiquement, sortait du lot était l’as de pique et en général , c’est moi qui l’avait. Je me souviens de ce pique dessiné à la façon mandala qui attirait toujours le regard.

Si j’étais une saison, je serais toutes les saisons sauf le printemps. C’est un peu comme les couleurs. Elles ont toutes quelque chose qui les rend belles et agréables. Sauf le Printemps! Le printemps, ça m’agace. Il fait trop chaud pour les collants, trop froid pour les robes d’été. Je ne sais jamais comment m’habiller.

Si j’étais un objet vintage, je serais un vinyle . Et plus précisément, un 33 tours de la BO de Grease.

DSC_0462.jpg

Si j’étais un lieu, je serais une plage. C’est l’endroit où je me sens le plus sereine. Peu importe la saison.

Si j’étais un accessoire de mode, je serais une paire de chaussures. Je les collectionne, je m’émerveille devant chaque nouvelle paire. C’est une véritable addiction!

Si j’étais un gout, je serais sucré. Les donuts, les macarons, les chocolats… tout ça!

Si j’étais une fleur, je serais le lys. En plus d’être la fleur des rois (cf « Si j’étais un déguisement et mon obsession des princesses ») , je trouve cette fleur vraiment belle et j’aime également beaucoup son odeur.

Si j’étais un pouvoir magique, je saurais lire dans les pensées. Parce que j’exerce un métier qui m’oblige à écouter et comprendre les enfants. J’ai toujours été attirée par le coté psychologique des personnes et j’adorerais lire dans leurs pensées.

Si j’étais un jeu pour enfant, je serais une poupée Barbie. Toute mon enfance.

DSC_0455.jpg

Les rouges à lèvres liquides mats de Djulicious.

 
DSC_0057 (1).jpg

Il y a quelques temps maintenant, je découvrais que Djulicious faisait une collaboration avec plusieurs influenceuses afin de créer quelques rouges à lèvres liquides mats. Les filles choisies sont toutes des blogueuses et youtubeuses très connues avec leurs univers bien à elles. Habituellement, ce n’est pas le genre de produits sur lesquels je me rue (je suis fidèle   aux marques que je connais et ne suis que peu intéressée par tout ce qui est créé par les youtubeuses ) mais il faut dire que la donne à changer lorsque j’ai vu que, dans la liste de « collaboratrices  » se trouvait Natacha Birds. Lectrice depuis quelques années de son blog, spectatrice de ses vidéos Youtube et grande admiratrice de son univers, je ne pouvais que me pencher un peu plus sur la question. Du coup, il ne m’a pas fallu longtemps pour retrouver les couleurs qu’elle a créé et non seulement j’adhère, mais en plus, en ce qui concerne le bleu-violet-lilas j’adore. A peine les deux lipsticks commandés étaient ils déjà dans ma boite à lettres! Un véritable bon point pour ma première commande chez Djulicious Cosmetics .

Après plusieurs jours de test, je peux enfin en parler ici! Mon avis est mitigé puisque, malgré toute l’admiration que je porte au travail accompli, dans mon cas, il n’y a que 50% de réussite.

 

DSC_0060.jpg

J’ai d’abord testé le Birdilicious qui est un corail presque néon, le moins difficile à porter. J’ai remarqué que j’avais beaucoup de mal à l’appliquer. J’avoue qu’au début je me suis demandée si c’est moi qui n’était pas douée ou s’il y avait vraiment un soucis avec le produit. La couleur n’était pas homogène, le tracer n’était pas net du tout, une vraie catastrophe. Je l’ai retiré pour réitéré l’essai , j’ai exfolié mes lèvres, les ai hydraté, tout fait dans les règles. Et finalement le deuxième essai a été aussi peu concluant que le premier. Je ne pouvais vraiment pas sortir comme ça, le rendu était atroce. J’ai donc pris mon Iphone pour aller demander des conseils à Natacha directement sur son Instagram. Elle m’a gentiment répondu, me conseillant d’essayer de mettre une deuxième couche lorsque la première est bien sèche . Ce que j’ai fait. Pour le tracer, je n’y arrive toujours pas. Par contre, ça règle assez efficacement le problème d’homogénéité. La couleur est bien opaque. Après, concernant la tenue, le fait d’avoir deux couches pèche énormément. Le rouge à lèvres craquelle, ce qui rend rapidement le rendu beaucoup moins joli et il assèche beaucoup trop les lèvres. Je ne le supporte pas plus d’une heure avant d’avoir les lèvres qui tiraillent vraiment trop et qui m’oblige à le démaquiller. Du coup, j’étais déçue et j’avais un peu peur de ce que ça allait bien pouvoir donner avec le Li-Lac-Love.

DSC_0073.jpg

 

DSC_0098.jpg

DSC_0097.jpg

DSC_0064.jpg

Et là, grosse surprise: je me retrouve avec un rouge à lèvres Lilas facile à appliquer, à la texture agréable et avec lequel je n’ai même pas besoin de passer deux couches. Une fois le rouge à lèvres appliqué, j’attends deux minutes qu’il soit assez sec pour parler et boire. Le rendu est assez homogène et la tenue est complètement dingue. J’ai passé un après midi entier avec et je n’ai eu besoin d’aucune retouche! J’adore le mettre en couche très très fine pour voir par transparence le rose naturel de ma peau. Il n’assèche pas du tout les lèvres et sa texture est très agréable. Bien que plus difficile à assumer, c’est un produit que j’adore porter et que j’utilise assez souvent depuis que je l’ai. Mention spéciale à la couleur originale mais cependant très douce. Je pense que je vais encore plus l’aimer cet hiver, lorsque j’aurais perdu mon bronzage et qu’il m’ira mieux au teint.

DSC_0070.jpg

DSC_0206.jpg

DSC_0203 (1).jpg

Mon avis est très mitigé concernant ces petits nouveaux chez Djulicious. Après quelques recherches, j’ai trouvé d’autres avis sur ces produits et malheureusement, beaucoup disent que la qualité du produit dépend de la teinte choisie. Je suis cependant ravie du Li-lac-love qui est un vrai coup de coeur et qui fera certainement parti de mes lipsticks favoris cet hiver. 

Je suis une fille à souvenirs.

Il y a quelques années quand j’ai découvert le blog de Natacha Birds et tous les travaux qu’elle effectue, j’ai également connu ses « filles à… » . J’aimais beaucoup le concept. Il suffisait de se décrire à l’artiste et elle faisait de nous une fille à quelque chose. Je me suis souvent posée la question de savoir quel genre de fille à je peux bien être. J’aime beaucoup de choses mais on ne peut pas vraiment dire que je sois une passionnée. J’aime bien ou beaucoup et c’est tout. J’aime bien la mode, j’aime bien le maquillage, j’aime bien écrire, j’aime bien le cinéma, j’aime beaucoup la photo, j’aime beaucoup Disney et j’aime beaucoup lire les blogs. Voilà, ça résume assez bien ce que je suis. Alors je ne pouvais pas être une fille à passion. C’était impossible. Je voulais demander à Natacha de faire un portrait de moi à travers ses filles à mais quand je me suis décidée à franchir le pas, j’ai tout simplement appris qu’elle arrêtait. Trop de travail et c’est tant mieux pour elle! Alors, j’ai laissé mon idée de coté et la réflexion se faire avec le temps. Finalement, j’ai trouvé quel genre de fille à je suis. Je suis une fille à souvenirs. J’aime trop les vieilles photographies, les récits d’antan, les vinyles, les choses qui racontent des histoires vraies, qui racontent des choses de ma vie et de celle de ma famille. Je suis très attachée à mon appareil photo, à mes vieux cahiers, aux petits mots doux laissés par ci par là, aux vidéos de vacances et à mes albums empilés dans l’armoire. Je suis tout le temps à la recherche et en création de souvenir. J’adore faire développer les photos , les classer dans les albums, faire en sorte que le souvenir soit palpable. J’aurais pu aussi dire que je suis une fille à nostalgie mais je ne vis pas dans le passé. J’empile juste dans ma tête et dans mes placards des moments de bonheur. Je vis le moment présent et j’adore savoir que je peux en garder un trace.

DSC_0118.jpg

 

Mon blog en pâte à modeler.

Au début, il y avait moi et mon ennui permanent. Je n’étais pas encore maman, mais une petite étudiante de province qui passait ses journées entre ses bouquins, ses écrits et ses films. Il a fallu une recherche, une seule pour que s’offre à moi la plus jolie des vitrines de la blogosphère : Hellocoton. Ma recherche Google ce jour là? Trucs de filles. Trois mots , treize lettres. Je cherchais des écrits, des tutos, des DIY … Je cherchais tout simplement un peu plus de contenu que dans les magazines féminins qui prônent les vêtements de couturiers et les destinations alors irréalisables à l’époque. J’avais envie d’un peu de vrai, d’humain, quelque chose loin du marketing et de la consommation, loin de la vente à outrance. J’ai alors tapé « Trucs de filles« , ça me paraissait être les trois mots les plus proches de ce que je voulais. C’est assez dingue d’y penser aujourd’hui , puisqu’il aurait été peut être plus judicieux de taper « blogs, revue, DIY ou tuto » mais ça ne m’est pas passé par l’esprit. Pour moi, la mode des blogs me ramenait à mon premier Skyblog où toutes les personnes du collège et du lycée envoyait des commentaires pour donner son avis sur ma vie. Et puis, il y a eu Facebook pour remplacer ça et Skype pour mettre fin à MSN.

DSC_0127.jpg

Dans ma recherche ce jour là, c’était simplement un magazine féminin écrit par des amateurs que je voulais. Et c’est ce qu’Hellocoton a eu à m’offrir. Je me suis créé une page pour suivre mes blogueuses préférées et ne rien rater de leurs articles et j’ai commencé doucement à lire. Tous les jours, sans jamais oublier, je venais découvrir des choses par des filles bienveillantes et sans chichis, presque des grandes soeurs. Et puis un jour, je suis tombée sur le blog de Natacha Birds. Je suis tombée en amour de ses textes, de ses photos, de l’ambiance particulière de sa maison 2.0 et comme la plupart de ses autres lectrices je me suis fascinée pour sa vie onirique pleine d’amour. Ce blog est le premier que j’ai mis dans ma barre Favoris. Après quelques mois à suivre tout ce joli monde rempli de rouges à lèvres et de froufrous , je suis tombée enceinte et retrouvée à la maison à cause d’une mauvaise sciatique. L’aventure du blog a commencé là. J’aimais lire les blogs des autres mamans, celles qui étaient un peu ou carrément en avance par rapport à moi. Elles m’aidaient inconsciemment à bien vivre ma grossesse et moi j’ai créé ce blog pour que d’autres après moi puissent être rassurées. Au tout début, il était surtout question de maternité et d’un peu de loisirs comme la lecture ou le cinéma, mais très vite j’avais envie de plus, j’avais envie de parler de tout ce qui me passait par la tête. Le blog est devenu un drôle de petit objet en pâte à modeler. Je l’ai façonné à mon image, selon mes désirs et sans moyen financier. C’est un peu l’objet de mes envies. Si un jour je veux parler de mode, je me permet de façonner un look et le lendemain d’un bouquin que j’ai aimé, alors je me permet que l’incorporer au reste. Et même que récemment et contre toute attente, une rubrique sucreries est apparue dans mes catégories! Plus le blog vieillit, plus je prend en maturité dans la blogosphère et plus je comprend que c’est important de se montrer telle que l’on est sur un blog. Oui, on peut modeler un blog de toutes les façons qu’on veut si on y met un peu de temps et d’attention et surtout si on continue à communiquer avec les autres blogueuses. Cependant, il ne faut pas mentir. Et pour encore modeler un peu plus ma petite maison 2.0 , j’ai décidé de créer spécialement pour elle un compte Instagram qui verra le jour au cours du mois d’Aout , une adresse mail toute neuve mais qui portera son nom et pourquoi pas d’officialiser tout ça en lui achetant son nom de domaine. Mon blog en pâte à modeler prendra une forme de nouveau différente, lui donner une vie ailleurs qu’ici lui permettra peut être d’ajouter des cordes à son arc et des rencontres à son petit coeur tout mou . En tout cas, ce sera toujours une partie de moi.

Mon rapport au maquillage.

DSC_0251.jpg

D’aussi loin que je me souviennes, j’ai toujours aimé être féminine. Déjà petite, je ne jurais que par les princesses et les poupées Barbie. Je me déguisais souvent avec de longues robes de fée et je chantais mes chansons préférées en dansant. Ma mère était étonnée de me voir affirmer mes goûts vestimentaires très jeune. La tradition voulait qu’on refasse ma garde robe à chaque nouvelle rentrée. Je me souviens encore d’un long manteau écru avec broderies et fourrure que je pourrais encore porter aujourd’hui si je l’avais en taille adulte. Tu sais, ce style bohème et chic à la fois, merveilleux mélange des genres , qui serait traité de It-pièce aujourd’hui. Bien sur, j’ai eu ma période un garçon manqué. Mais un peu seulement! J’ai toujours porté les cheveux assez longs et si je mettais un baggy, je me débrouillais pour porter un débardeur rose avec. J’ai découvert le maquillage assez tôt. Je devais être en 5eme. J’ai commencé doucement. Un peu de mascara , et du fard à paupières pour les occasions spéciales. Mes parents ont toujours veillés à ce que je ne dépasse pas les bornes. Je n’ai pas su me maquiller correctement dès le début. En troisième, je pensais qu’un peu de poudre pour camoufler mes imperfections et un large trait de khôl sur la muqueuse inférieure de mes yeux suffisait à mettre en valeur mon visage. J’ai un regard brun foncé et j’aimais le rendre plus intense en forçant les traits. Mais ça me donnait un air terriblement froid et méchant. Et puis, il y a eu ces copines qui utilisaient des fonds de teint bon marché pas vraiment adaptés à leur carnation, avec la démarcation au niveau du cou. Je suis sure que toi aussi, tu as déjà vu une nana maquillée comme ça.

DSC_0230.jpg

J’ai continué sur ma lancée jusqu’à mes 18 ans. Et puis, j’ai découvert les blogs mode et beauté. Un sacré changement dans ma routine make up. J’ai appris qu’un beau maquillage commençait par un beau teint, que des sourcils maquillés c’est joli aussi et j’ai découvert des produits dont je ne connaissais pas l’existence (l’enlumineur et les sérums par exemple!) . Le monde de la beauté est très complexe, j’avais beau suivre scrupuleusement les autres blogueuses, j’avais toujours un train de retard. La preuve: je ne détiens une palette UD que depuis novembre dernier. Entre temps, j’ai créé un blog beauté. D’ailleurs, tu m’as surement connu grâce à lui. J’essayais de m’investir, mais par manque de temps, d’argent, de matériel j’ai laissé tombé. Je ne sais pas si c’était bien mais je sais que ça me plaisait. Aujourd’hui, je me pose encore la question: Une rubrique beauté/mode te plairait-elle ici? Ne ferait-elle pas ovni sur ce blog? J’attends ta réponse, qui pourrait m’être précieuse. En tout cas, je suis tentée d’essayer.

DSC_0229.jpg

Mes blogs, mon égocentrisme et moi.

Si j’avais voulu être plus juste, j’aurais intitulé mon titre « Mes blogs, ma timidité et moi ». Mais, et ce qui est souvent reproché aux blogueuses, tenir un blog tourne plus autour de l’égocentrisme. Quelque chose que je ne conçois pas car la plupart des blogueuses que je lis sont des jolies demoiselles pleines de mystère et de douceur. Sur la blogosphère, il y a peu de place au m’as tu vu et celles qui s’y risquent s’en mordent souvent les doigts. Elles sont si vite repérées.

Lorsque j’ai ouvert mon second blog sur la beauté, rien que la page « à propos » fût une épreuve. Rédiger quelque chose sur moi et exclusivement moi. Mes idées , mes goûts et mon parcours, qui suis-je pour l’exposer sur la toile? Qui cela pouvait-il intéresser? Je ne fais pas partie des « grandes » blogueuses et je voulais juste créer un lieu d’échange avec des petites nanas comme moi. Et puis, il a fallu écrire les premiers articles, je voyais la rédaction de ce genre d’articles complètement fun. Tester un produit, le décrire, le prendre en photo, donner mon avis. Oui, ça c’est vraiment bien. Je sais faire. Mais qu’en est-il de l’étape supérieur? Montrer son visage, ses imperfections, réaliser des make up, faire des tutos… C’est là que ma timidité a pris le dessus. Et je réalise à quel point, dans ce monde, les personnes comme moi peuvent vivre à travers le regard des autres. C’est déstabilisant de s’en rendre compte. Vraiment. Les photos que je décide de poster sont bien trop souvent le fruit d’un dur labeur , un échantillon des centaines de photos imparfaites que j’ai fais. Et je ne suis jamais complètement satisfaite d’un article. Lier la timidité et le perfectionnisme pour réaliser des photos pour le blog, c’est vraiment du travail. Je n’ai aucune formation de photographe, graphiste, web designer (d’ailleurs ça se voit)  … mais, pourtant, je me suis lancée dans ce monde féroce qu’est la blogosphère. Bien des fois, je me demande comment je réagirais face à la méchanceté des gens qui critiquent sans savoir le travail et l’être humain qu’il y a derrière un article ou une vidéo. Bien des fois, je me dis que je n’aimerais pas être à la place d’Enjoyphenix, ou de Golden Wendy par exemple, qui se prennent quand même de sacrées remarques négatives en pleine tête.

11057621_700602050044760_1297597610679606485_oAlors oui , deux blogs mais pas de narcissisme, ni d’égocentrisme de mon coté. D’ailleurs, je rêverais de faire des vidéos Youtube pour proposer des contenus plus variés mais le chemin à parcourir est encore long. J’ai décidé également de ne pas dévoiler les blogs aux membres de ma famille , ni au reste de mon entourage. Seul l’Homme est dans la confidence. Pour l’instant, je ne me sens tout simplement pas prête…

Et toi, ton blog reste t-il anonyme? Ou en es-tu au contraire très fier(e)? Penses tu que le regard de l’autre est important?