Madame.

DSC_0415.jpg

Comme je le disais dans mon précédent article, je suis allée au festival de Deauville. Pour marquer le coup, même si je n’avais pas de pass à proprement parler, j’ai décidé de mettre une tenue un petit peu spéciale. Et en plus de l’occasion, on avait un peu de temps pour un shooting juste avant l’arrivée des acteurs sur le tapis rouge. Je crois que j’aime de plus en plus Deauville et ses planches pour prendre des photos, c’est un endroit tellement beau et magique. Pour le coup, la tenue est en adéquation avec le lieu. On a fait beaucoup de prises de vues: les cheveux attachés, détachés, dans le sable, sur les planches… J’en ai aimé quelques unes dans chacune des séries et je n’ai donc pas réussi à choisir une seule série pour faire cet article. C’était le risque ! Alors, j’ai pioché par ci par là et voilà ce que ça donne. En ce qui concerne la tenue, le site fr.tidebuy.com a eu la gentillesse de m’envoyer cette robe rouge à la coupe années 50 et à la longueur midi. Elle est très bien faite et bien finie , je l’aime terriblement. Elle m’a de suite donné envie de porter un look plus « Madame », plus femme, plus adulte. J’hésite même à la mettre pour aller au travail en l’accessoirisant de manière différente. Pour le festival, j’ai trouvé que rien n’allait mieux avec que de hauts escarpins noirs à semelles roses shoppés chez Gémo et ma veste en tissu noir sans marque à la coupe perfecto. Cette veste donne un air plus moderne à la tenue et un brin plus rock aussi. Mon sac vient de chez Jenyfer (ancienne collection) et mon headband a été acheté sur un marché. Une chose est sûre, je me suis beaucoup amusée avec cette tenue à la fois simple, mais pour autant pas si évidente à porter.

DSC_0410 (1).jpg

DSC_0412.jpg

DSC_0413.jpg

DSC_0418 (1).jpg

DSC_0421 (1).jpg

DSC_0422 (1).jpg

DSC_0424 (1).jpg

DSC_0425 (1).jpg

DSC_0437.jpgDSC_0444 (1).jpg

DSC_0466.jpg

DSC_0480.jpg

Publicités

Le festival du cinéma américain.

DSC_0456 (1).jpg

Lundi 5 septembre. 19h30. Deauville. L’hommage d’aujourd’hui est rendu à James Franco. James Franco. Rien que ça. Je n’imaginais pas , ne serait-ce que, l’apercevoir une fois dans ma vie. Et pourtant, les choses se sont faites autrement. Me voilà à 3 mètres du tapis rouge, perchée sur une plateforme en béton à attendre son arrivée. Pour moi, donc, le festival du cinéma américain s’est résumé à ça. Et pourtant, ce que ça a pu me rendre heureuse! Je ne sais pas si j’ai besoin d’écrire plus à ce sujet. J’avais juste quelques photos à partager ici, des photos que moi je trouve extraordinaires parce que le moment immortalisé m’a mis des étoiles dans les yeux et un peu plus de joie dans le coeur.

DSC_0445.jpg

DSC_0491.jpg

DSC_0484.jpg

DSC_0486.jpg

DSC_0501.jpg

DSC_0509.jpg

DSC_0527.jpg

DSC_0530.jpg

DSC_0542 (1).jpg

DSC_0548.jpg

DSC_0549 (1).jpg

dsc_0581

DSC_0641.jpg

Le festival du film de Cabourg.

DSC_0652.jpg

Je connais le Festival du film de Cabourg depuis toujours. Avant, c’était le Festival du film romantique. Le nom a été récemment raccourci. C’est la première année que j’y passe faire un tour. J’avais toujours un peu peur qu’il y ai trop de monde et que l’on ne puisse rien voir. Et j’avoue que c’est toujours avec cette appréhension que j’y ai mis les pieds. Bien sur la ville était un petit plus animée qu’à son habitude. Les rues débordaient de voitures et de promeneurs, mais bizarrement, nous ne nous y sommes pas sentis à l’étroit. Nous avions même sorti la poussette. Les gens étaient tous bienveillants et les sourires accrochés à leurs visages faisaient plaisir à voir. Une ambiance de festival mais sereine. Un festival serein. Après être passé devant le Grand Hôtel, nous avons marché dans les petites rues et sur la promenade comme à notre habitude. Nous avons flâné et pris de nouvelles photos de notre ville côtière favorite. Nous la découvrons chaque fois un peu mieux, chaque fois un peu plus mais elle reste toujours différente, comme insaisissable. C’est peut être de là que vient notre attirance pour ce lieu, le connaitre mais jamais complêtement. Et puis, il y a toutes ces petites choses qui changent pour l’évènement. Les interviews sur les terrasses, le tapis rouge, la population un petit peu plus huppée, les voitures un peu trop chères, et celles qui brillent par leur exception et les tonnes de clichés pris par tous les types d’appareils photos possibles.

DSC_0649.jpg

 

DSC_0653.jpg

DSC_0648.jpg

DSC_0646.jpg

DSC_0684.jpg

DSC_0690.jpg

DSC_0685.jpg

DSC_0668.jpgDSC_0662.jpgDSC_0664.jpg