Aqua

 

DSC_0167.jpg

Il est de ces lieux qui vous touchent, vous laissent comme une trace indélébile, un souvenir ineffaçable. Des lieux que l’on découvre petit et dans lesquels on revient régulièrement avec des gens différents pour faire découvrir aux autres la sensation et l’émotion qu’ils ont suscité la première fois. Moi, j’en ai pleins des endroits un peu magiques qui me laissent un sourire béat sur les lèvres et un visage serein rempli d’une émotion certaine. C’est le cas de l’aquarium de Saint Malo que je connais depuis enfant. Comme je l’ai déjà dit ici, j’ai une certaine attirance pour l’univers et ses étoiles mais également pour les fonds marins et leurs mystères . La mer, à mes yeux, c’est comme un monde parallèle où vivent des choses aussi belles qu’étranges et peu de gens ont conscience de la beauté des créatures qui s’y trouvent. En regardant certaines de mes photos, j’ai même quelque peu fait la comparaison entre ce que j’ai vu et les animaux créés par James Cameron pour Avatar. L’inspiration est très nette: des couleurs électriques, de longs filaments qui semblent flottés dans l’eau et ces néons qui apportent cette lumière si particulière. A l’aquarium, se retrouver à contempler ces êtres vivants, c’est comme regarder une scène contemplative au cinéma. C’est long et lent, mais c’est fascinant.

dsc_0153

dsc_0156

dsc_0154

DSC_0170.jpg

DSC_0162.jpg

DSC_0160.jpg

DSC_0172.jpg

DSC_0180.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

IMG_0872.jpg

DSC_0181.jpg

IMG_0862.jpg

IMG_0874.jpg

DSC_0187.jpg

DSC_0188.jpg

DSC_0190.jpg

DSC_0202.jpg

Publicités

Des lucioles.

DSC_0004.jpg

En me promenant un peu sur les différents profils de FlickR, je suis tombée sur une photo qui m’a de suite parlée. Même que de toutes mes photos favorites, celle ci est ma préférée. L’idée du photographe, Mike Monaghan, étant d’étendre un grand drap sur des guirlandes à Led multicolores et d’y allonger une femme pour créer un effet de contre jour. J’ai toujours été fascinée par cette image, à la fois tellement réelle et féérique. Elle m’inspire. Je trouve que toutes ces petites lumières minuscules ressemblent à des lucioles. Un grand nuage de lucioles qui se seraient retrouvées là pour former un joli tableau scintillant. J’aime l’effet de la lumière qui dévoile juste un peu et qui laisse largement la place à l’imagination. Avec des petites loupiotes de ce style , on peut choisir ce que l’on veut montrer, mettre l’accent sur une silhouette ou juste laisser trainer par ci par là des scintillements verts, bleus et rouges. Elles offrent mille possibilités, mille façons d’imaginer une scène ou d’en écrire l’histoire. Pour ma part, j’ai fait mes premiers essais sans réelle trame à suivre. On a juste essayé, comme ça, pour voir. Je ne voulais pas raconter d’histoire, ni vraiment mettre en scène une situation. Mais j’avais vraiment envie de montrer la façon dont j’ai apprivoisé mes toutes petites lucioles.

 

DSC_0021.jpg

dsc_0020dsc_0032dsc_0037

 

 

 

 

 

Les sourcils à la mode Benefit.

DSC_0596.jpg

J’ai appris à me maquiller les sourcils il y a peu de temps. Ayant une ligne pas trop mal dessinée et des sourcils assez épais , je ne voyais pas à quoi cela pouvait bien me servir. Et puis, un peu comme tout, une fois j’ai tenté et j’ai vraiment vu la différence. Je ne suis pourtant pas une adepte des sourcils ultra dessinés comme fait Benefit dans ces bars à sourcils. D’ailleurs, je ne suis jamais passée entre les mains d’une pro et je ne compte pas encore aller dépenser mes petits sous dans une prestation de ce type. Ma meilleure esthéticienne reste encore ma mère et avec le temps et de la patience, j’ai appris à me débrouiller pas trop mal non plus.

Aujourd’hui, si je suis encore loin d’avoir des sourcils très définis à l’américaine, j’apprécie de plus en plus de découvrir des produits pour les maquiller. C’est donc avec un plaisir non dissimulé que j’ai reçu pour mon anniversaire le joli coffret Defined & refined brows de chez Benefit.

DSC_0591.jpg

S’il y a bien une chose que l’on n’enlèvera pas à cette marque, c’est son sens de l’esthétisme. Je suis tombée complètement amoureuse de cette boite en métal imprimée de motifs magiques et d’une parfaite petite magicienne. Là, où le charme fait encore plus son effet, c’est lorsque je découvre le packaging des produits. Que des choses qui font penser à de petites baguettes magiques argentées!

DSC_0595 (1).jpg

En premier lieu, j’ai donc découvert le Browvo! Conditioning primer qui n’est autre qu’un soin sous forme de gel à appliquer matin et/ou soir. Il suffit de tourner la mollette du bas jusqu’à entendre un petit « clic » . La façon dont ce tube a été créé permet de ne délivrer que la quantité suffisante de produit pour un sourcil. Son applicateur est également un point fort, puisqu’il permet de ne pas se mettre du gel partout et de rester donc hyper hygiénique. Le produit enrichi en kératine et protéines de soja aide à révéler des sourcils plus épais et plus fournis. Ainsi, au moment d’appliquer le crayon, le résultat est optimisé et qui plus est, tient toute la journée.

DSC_0612.jpg

DSC_0614 (1).jpg

Le Precisely, my brow pencil est sans aucun doute le produit le plus beau de ce coffret. D’un bout à l’autre je le trouve réussi. Le coté pointu contient la fine mine de crayon. J’ai eu un peu peur en découvrant la couleur du crayon, lui trouvant un aspect marron glacé presque grisâtre. Mais une fois testé, il s’est révélé être de la bonne couleur. Il n’est pas trop sec. Il permet donc de travailler avec précision et rapidité sans avoir à repasser par dessus plusieurs fois. L’autre coté du crayon cache une petite brosse basique , parfaite pour brosser et uniformiser les sourcils.

DSC_0603.jpg

DSC_0606 (1).jpg

DSC_0608.jpg

Le High brow est le parfait crayon pour finir le maquillage. De couleur rosée, il permet de donner une touche d’éclat et de lumière au niveau de l’arcade sourcilière pour sublimer le maquillage. C’est une étape que je n’oublie jamais tellement elle fait la différence.

DSC_0616.jpg

DSC_0617.jpg

Pour finir la présentation de ce coffret, voici l’accessoire qui permet d’avoir des sourcils bien symétriques. La petite réglette graduée permet de placer des points à la même hauteur des deux cotés. Elle est censée faciliter le maquillage et permettre de ne pas se tromper. Pour ma part, je ne l’utilise jamais puisque je ne suis pas à tout prix à la recherche d’une symétrie parfaite. Mais c’est tout de même une bonne idée.

DSC_0620.jpg

DSC_0619.jpg

Ce coffret est en édition limitée et coute 38€ chez Sephora.

DSC_0599.jpg

Portrait chinois des temps modernes.

J’ai trouvé ce portrait chinois des temps modernes sur le blog de Framboiizy . J’ai trouvé ses réponses très intéressantes et son article vraiment très beau. Je pense qu’il n’y a rien de mieux que ce genre de portrait pour commencer à connaitre un peu mieux une blogueuse. C’est une façon de se dévoiler sans être trop dans la vie privée. Aujourd’hui, je donne à mon tour les réponses aux « Si j’étais… » et puis, pour illustrer un petit peu tout ça, j’ai eu le droit d’avoir un petit modèle hyper sage et plein de curiosité.

DSC_0503.jpg

Si j’étais une couleur, je serais une couleur de saison. Je n’ai jamais eu de véritable préférence en matière de couleur. Mes goûts et mes envies changent selon la saison. En ce moment , je serais certainement un beau prune. En hiver, j’ai tendance à me focaliser sur les bleus profonds et les dorés en période de noël. Au printemps, j’aime les pastels que ce soit jaune , rose ou vert et l’été, je me tourne vers tout ce qui tranche avec un beau bronzage.

Si j’étais un objet multimédia, je serais mon Macbook Air pour la simple raison que j’y passe énormément de temps et qu’il me permet d’écrire ici et de retoucher mes photos. 

Si j’étais un fruit, je serais  une banane. Le seul fruit que je peux manger à n’importe quel moment de la journée.

Si j’étais un bonbon, je serais un Schtroumpf ! Ce sont mes bonbons préférés depuis toujours. D’ailleurs mes amis le savent, et m’en ramène à chaque fois qu’ils passent la soirée chez moi.

Si j’étais un objet, je serais un appareil photo. C’est l’objet qui me suit le plus dans ma vie quotidienne et que j’adore utiliser pour immortaliser mes petits moments de bonheur.

DSC_0491.jpg

Si j’étais un film ou une saga , je serais Gatsby le Magnifique. Je suis fan de Leonardo Di Caprio, admiratrice de Tobey Macguire et Carey Mulligan. Ce film est très bien réalisé, les images sont splendides et l’ambiance des années 20 à New York me transporte à chaque fois. Visuellement, il fait partie, selon moi, des plus beaux films jamais filmés.

Si j’étais un dessert , je serais un macaron . La gourmandise la plus girly qui soit, et au goût incomparable. J’en mange souvent, j’adore ça!

Si j’étais un Pokémon , je serais Pikachu. Je ne suis pas très branchée Pokémon , même si j’ai vu énormément d’épisodes quand j’étais petite. Pikachu est tout de même le personnage emblématique du manga. Et puis, je le trouve adorable.

Si j’étais un filtre Snapchat, sans hésiter, je serais celui avec les oreilles de chat! D’ailleurs, j’en parle juste ici.

Si j’étais un déguisement, je serais une Cendrillon. Les longues robes de princesses m’ont toujours fascinés. Et , à mes yeux, celle de Cendrillon est la plus belle.

Si j’étais un personnage Disney, je serais Pocahontas. C’est mon dessin animé préféré.

DSC_0449.jpg

Si j’étais une musique entêtante, je serais « Chante! C’est Noël. » J’ai une histoire particulière avec cette chanson. Nous l’avons entendu, ma mère, ma soeur et moi, pour la première fois à Disneyland Paris. Depuis, c’est notre chant de Noël familial.

Si j’étais une carte à jouer , je serais l’as de pique. Là encore, c’est à cause d’une histoire particulière. Quand j’étais petite , nous jouions beaucoup à la bataille avec mon grand père et la seule carte qui , esthétiquement, sortait du lot était l’as de pique et en général , c’est moi qui l’avait. Je me souviens de ce pique dessiné à la façon mandala qui attirait toujours le regard.

Si j’étais une saison, je serais toutes les saisons sauf le printemps. C’est un peu comme les couleurs. Elles ont toutes quelque chose qui les rend belles et agréables. Sauf le Printemps! Le printemps, ça m’agace. Il fait trop chaud pour les collants, trop froid pour les robes d’été. Je ne sais jamais comment m’habiller.

Si j’étais un objet vintage, je serais un vinyle . Et plus précisément, un 33 tours de la BO de Grease.

DSC_0462.jpg

Si j’étais un lieu, je serais une plage. C’est l’endroit où je me sens le plus sereine. Peu importe la saison.

Si j’étais un accessoire de mode, je serais une paire de chaussures. Je les collectionne, je m’émerveille devant chaque nouvelle paire. C’est une véritable addiction!

Si j’étais un gout, je serais sucré. Les donuts, les macarons, les chocolats… tout ça!

Si j’étais une fleur, je serais le lys. En plus d’être la fleur des rois (cf « Si j’étais un déguisement et mon obsession des princesses ») , je trouve cette fleur vraiment belle et j’aime également beaucoup son odeur.

Si j’étais un pouvoir magique, je saurais lire dans les pensées. Parce que j’exerce un métier qui m’oblige à écouter et comprendre les enfants. J’ai toujours été attirée par le coté psychologique des personnes et j’adorerais lire dans leurs pensées.

Si j’étais un jeu pour enfant, je serais une poupée Barbie. Toute mon enfance.

DSC_0455.jpg

Crépuscule.

Depuis toujours, j’aime énormément le crépuscule. Surtout en été, lorsque la chaleur se fait moins pesante, que les barbecues se terminent et que l’on remet un petit gilet pour ne pas avoir trop froid. J’aime le fait qu’il arrive tard et nous laisse, un peu ébahi, devant le spectacle de la nuit. Oh, j’aime aussi l’aube bien sur! Mais ce n’est pas la même ambiance. L’aube commence souvent une journée chargée et pleine de nouvelles aventures. Le crépuscule quant à lui, me laisse complètement rêveuse. J’en oublie le temps qui passe. J’adore observer ses couleurs et voir le soleil dans ces derniers rayons. C’est une beauté chaude, le crépuscule. C’est une caresse le long de la joue, un réconfort, un spectacle apaisant. Et même en Avril, alors qu’il tombe bien plus tôt que durant les mois d’été , il traine parfois, derrière lui, toute sa magie.

DSC_0521 (1).jpg

DSC_0584.jpg

DSC_0590.jpg

DSC_0597.jpg

DSC_0534.jpg

DSC_0593.jpg

 

Les foires de Pâques.

DSC_1154

Il fallait que je profite de l’appareil-photo-presque-neuf pour parler une fois de plus des foires de Pâques ici. Je dirais certainement la même chose que l’année dernière. Que j’y vais tous les ans et qu’à chaque fois c’est différent et encore plus depuis que je suis Maman. Que j’aime tellement les couleurs vives et gaies des stands, des peluches, des manèges. Que j’adore l’ambiance particulière, festive et chaude. Que, par contre, niveau temps, ça change rarement. Nous avons toujours eu froid sur les foires de Pâques. Parfois, nous sommes même rentrés chez nous trempés. Que ça apporte une touche de magie et crée des souvenirs formidables. Que les pommes d’amour, les barbapapa et les croustillons sont mes tentations principales. Et que je suis avide de sensations fortes. Que je suis avide de sensations et de sentiments tout court. Et que même monter dans Aladdin avec Kéo pour qu’il puisse profiter pleinement ne me fait pas honte. Je pourrais dire tout ça, ou simplement me taire. Parce que j’en ai déjà tellement parlé ici que c’est un peu du déjà lu.

DSC_1157

DSC_1461.jpg

DSC_1423

DSC_0027

DSC_1456

DSC_0028

Le carrousel.

DSC_0057DSC_0038

Les carrousels sont certainement, avec les pommes d’amours, ce qui me donne envie de retourner en enfance. Et lorsque j’en vois un, la petite fille en moi renait. Enfant, je voulais toujours monter sur le cheval le plus haut, pour dominer les autres. J’étais fascinée par les couleurs et les musiques venues d’un autre temps. Et tous les ans, à la fête foraine du coin s’était la même rengaine. Je gardais un peu de l’argent reçu pour l’occasion pour le carrousel. Aujourd’hui, j’ai 23 ans et toujours un attachement particulier pour ce manège. Pourtant j’adore les sensations, sentir mon coeur battre à cent à l’heure. Mais, ce manège là, c’est un peu mon histoire, c’est un peu mon coeur. Il me rappelle la douceur, les rires des enfants, les peluches et leurs pinces. Il me rappelle ma famille réunie et l’odeur des croustillons. Et des carrousels, nous avons la chance d’en trouver quelques uns dans la région. Le plus joli, c’est surement celui là. Celui de Courseulles sur Mer. Et tant qu’à faire après deux tours à bord d’une calèche et sur le dos d’un cheval, nous nous sommes promenés sur la jetée.

De la magie. Encore et encore.

Je suis une insatiable de magie. Du rose, des paillettes, du lapin qui sort du chapeau et des étoiles dans les yeux. Je suis toujours à la recherche d’illustrations sur les princesses et la jolie petite souris vêtue d’une robe à pois rouge et blanche. D’ailleurs cette souris, je suis fan de son mari. J’ai le syndrome de Peter Pan, je crois. Parfois, j’aimerais bien être Pocahontas pour pouvoir parler à une grand mère feuillage immortelle et avoir un raton laveur en animal de compagnie. Et même que John Smith me fait craquer.

Je te parle de tout ça, puisque l’insatiable de magie que je suis a passé son week end à Disneyland Paris. C’est presque une habitude maintenant mais à chaque fois c’est différent. Nous y avons emmené Bébé pour la deuxième fois. Et la magie a de nouveau opéré. Une fois de plus, c’était spécial. Le château m’a paru plus beau et les détails plus éclatants, malgré le temps maussade. Les rires de Bébé m’ont paru plus joyeux et les étoiles dans mes yeux plus nombreuses.Et une fois rentrée chez moi, je planifie le prochain séjour dans notre parc préféré. Parce que je te le dis, je ne veux qu’une chose: De la magie. Encore et encore.

DSC_0790 (1)

DSC_0803 (1)DSC_0749DSC_0752 (1)DSC_0764DSC_0780 (1)DSC_0827DSC_0828DSC_0837DSC_0841DSC_0857DSC_0867DSC_0868DSC_0883DSC_0888DSC_0906DSC_0913DSC_0945DSC_0959 (1)DSC_0960 (1)DSC_0961 (1)DSC_0896

Aller à Disneyland Paris avec un bébé de 18 mois.

DSCN6577

Sur la blogosphère, fleurissent depuis un bon moment maintenant les articles sur les journées à Disneyland. Souvent le texte est court et les photos magnifiques, un vrai régal pour les yeux. Seulement lorsqu’il s’agit de trouver des articles informatifs sur cet univers enchanté, je trouve que ce n’est pas chose aisé. Et encore moins quand j’ai voulu trouver des infos sur l’organisation d’une journée aux parcs avec un enfant de moins de deux ans. Alors voilà, c’est chose faite, il y a environ deux semaines, sur un coup de tête, l’Homme et moi avons décidé d’emmener le Petit Prince rencontrer Mickey ( que l’on a finalement pas croisé soit dit en passant) et je vous ramène de ces deux jours la façon dont nous nous sommes organisés.

  • Un jour, c’est trop court…

Nous vivons en Basse Normandie. Aller à Disneyland Paris, c’est 3 heures de route minimum si l’on ne tombe pas dans les embouteillages à Paris. Il était donc impensable de faire subir ce temps de trajet (x2) à notre Tout Petit. Nous avons donc décidé de partir le mardi midi , en déjeunant sur la route pour faire une halte assez longue, d’aller à l’hôtel et de nous promener le reste de l’après midi. La visite des parcs étant réservée au lendemain.

  • Un hôtel avec animations et navettes.

En ce qui concerne l’hôtel, nous avons voulu jouer la facilité. Finalement, c’était la plus grosse part du budget. Nous avons choisi l’hôtel Explorers avec piscine et divers jeux pour enfants afin que Bébé ne s’ennui jamais tout en étant en sécurité avec nous. L’ambiance de l’hôtel aurait pu faire rêver n’importe quel enfant et même nous, en tant qu’adultes, nous nous sommes pris au jeu. La piscine est un endroit assez dingue et ressemble à un minuscule aquamundo pour ceux et celles qui connaissent les espaces aquatiques des Center Parcs. Jeux d’eau, toboggans pour petits et grands et transats pour ceux qui ne souhaitent pas se baigner. Nous avons apprécié ce lieu. Seul petit bémol: les sanitaires et les vestiaires n’étaient pas au top de la propreté. Deuxième élément importants à nos yeux: les navettes vers les parcs. On gagne en temps et en budget (le prix du parking à Disneyland revient à 15 euros par voiture pour la journée.) et on peut rejoindre l’hôtel à tout moment pour se reposer.

DSCN6541

DSCN6538

DSCN6536

DSCN6545

DSCN6532

DSCN6534

  • Privilégier un temps pour les magasins.

Si nous adorons faire les boutiques à Disneyland Paris, ce n’est pas le cas du Petit Prince qui, à 18 mois, préfère se promener en extérieur et profiter des personnages et des attractions. Là, encore, notre organisation nous a permis de régler le problème des magasins en fin de journée, les nerfs à vifs et la fatigue au summum. Nous avons fait un maximum de boutiques au Disney Village le jour de notre arrivée et avons fait nos achats de souvenirs ce jour là, gardant un peu de budget pour les boutiques spécialisées à l’intérieur des parcs où nous aurions pu tomber amoureux d’une exclusivité. Le premier jour, nous avons passé deux heures à arpenter les magasins du Disney Village et avons réduits considérablement notre temps de shopping sur les parcs le lendemain.

DSCN6672 DSCN6673

DSCN6606

DSCN6605

DSCN6604

  • Ce que nous avons emporté avec nous pour une journée sereine. 

Tout d’abord, la poussette bien sûr que le Petit Prince a réclamé dès le matin. Nous avions décidé de ne prendre avec nous que le strict minimum et sachez que le minimum avec un bébé c’est beaucoup. Nous nous sommes munis d’un sac à dos et tout ce qui est lourd a finit dans le panier sous la poussette. En premier lieu nous avons mis dans une poche du sac à dos nos clés, pièces d’identité, cartes bancaires et espèces et les entrées pour les parcs. Nous avions également pris un ensemble au cas où Bébé se salirait, trois couches, des cotons et du liniment. Dans la poussette, nous avions glissé une bouteille d’eau, l’habit de pluie de la poussette, un doudou et mon appareil photo. Et ça nous a suffit.

  • Le centre de soins pour bébés de Disneyland Paris…

… ou le paradis des parents et des enfants. Je ne connaissais pas encore cet endroit mais je dois dire qu’avec des enfants en bas âge, il devient un indispensable. Le centre de soins pour bébés est un lieu entièrement dédié au bien être de l’enfant de moins de trois ans. Ce lieu contient une salle de repas très calme avec chaises hautes et petites tables et chaises, une salle de change avec table à langer et papier hygiénique et un espace de vente du nécessaire pour le soin de l’enfant (petits pots, lingettes, couches…) . Nous avons appréciés de pouvoir souffler 10 minutes au calme.

  • Limiter le temps d’attente. 

Avec l’Homme, nous nous étions mis d’accord le matin même: pas de temps d’attente supérieur à 20 minutes. Nous avons bien jaugé le temps nécessaire supportable pour notre fils puisqu’au bout de 20 minutes de file d’attentes, Bébé commençait à s’énerver. Heureusement, nous arrivions au bout et tout s’est très bien passé. Une chance également, nous avons pu aller sur les parcs un mercredi , ce qui a diminué largement le taux d’affluence. Les temps d’attentes étaient très raisonnables et nous avons pu profité pleinement de notre journée.

DSCN6581

  • Quelles attractions? 

Enfin, certainement la question que je me suis le plus posée avant d’emmener le Petit Prince à Disneyland: Quelles attractions sont envisageables pour lui? Et, je t’avouerais que je me suis retrouvée surprise. Déjà, un enfant de moins de trois ans observe le monde qui l’entoure et c’est merveilleux de voir à quel point toutes ses couleurs et ces différents mondes sont des objets de fascination pour le bébé. Notre Petit Prince n’a pas semblé s’ennuyer une seconde, puisqu’il y avait trop de choses à voir et à découvrir. En ce qui concerne les lieux fascinants, j’ai pu noter que le Paris de Ratatouille et le Toy Story Playland l’ont émerveillé, tout comme le labyrinthe d’Alice aux Pays des Merveilles où nous l’avons laissé gambader. Autre endroit fascinant pour lui : Frontierland avec son univers western. Pour les attractions en elles mêmes , voici la liste de celles dans lesquelles nous sommes montés ( Notes que Bébé est courageux et assez téméraire) : Stitch, Ratatouille, le Casey Jr. Petit train du Cirque, Blanche Neige et les sept nains, le Pays des contes de fées et les voyages de Pinocchio. Nous avons également adoré flaner au village indien de Pocahontas,sur la Plage des pirates, dans le passage enchanté d’Aladdin, dans le nouveau lieu aménagé pour rappeler Arendelle et la reine des neiges et bien sûr près de l’incontournable château. Comme quoi, nous pouvons faire bien des choses sur les parcs avec un bébé.

DSCN6666

DSCN6648

DSCN6671

En tout cas, ce fût deux jours remplis de magie, et d’amour. Un merveilleux séjour.

❤ ❤

Je te laisse avec quelques autres photos.

DSCN6669

DSCN6670

DSCN6655

DSCN6653

DSCN6652

DSCN6660 DSCN6651DSCN6617

DSCN6620

DSCN6621

DSCN6629

DSCN6636