Celle qui voulait un tourne-disque.

DSC_0614.jpg

C’était devenu une obsession. Depuis que j’ai retrouvé un vinyle d’Edith Piaf qui appartenait à mon arrière grand mère, j’ai commencé une sacrée collection. Il y a de tout, mais surtout ce qui me rappelle mes parents ou mes grands parents. Pour moi, c’est comme regarder un album de famille, un vinyle c’est rempli de nostalgie. En fait c’est ça, écouter un 33 tours sur un tourne disque, c’est pas simplement écouter de la musique qu’on aime, c’est aussi s’envoler pour retourner des années bien plus tôt, à des moments que je n’ai pas vécu mais qui m’ont tellement été raconté que je pourrais presque m’en souvenir. C’est la séance de cinéma de mon papa lorsqu’il a été voir Grease (je l’imagine tellement bien, jeune avec des cheveux longs et des pantalons pat’ d’eph ), c’est se retrouver à côté de ma maman dans le canapé alors qu’elle n’avait que 10 ans et qu’elle regardait Dorothée, c’est danser sur des airs de musette avec mon papi , peut être même que j’arrive à discerner ma mamie , juste là dans sa robe de mariée. Et puis, c’est aussi ressentir tous ces sentiments que ces chansons ont certainement suscité. Le moyen de l’époque de s’amuser, danser, chanter ou panser des plaies du coeur encore toutes fraiches.

DSC_0595.jpg

dsc_0597

dsc_0600

DSC_0605.jpg

dsc_0629

dsc_0609

 

Publicités

Portrait chinois des temps modernes.

J’ai trouvé ce portrait chinois des temps modernes sur le blog de Framboiizy . J’ai trouvé ses réponses très intéressantes et son article vraiment très beau. Je pense qu’il n’y a rien de mieux que ce genre de portrait pour commencer à connaitre un peu mieux une blogueuse. C’est une façon de se dévoiler sans être trop dans la vie privée. Aujourd’hui, je donne à mon tour les réponses aux « Si j’étais… » et puis, pour illustrer un petit peu tout ça, j’ai eu le droit d’avoir un petit modèle hyper sage et plein de curiosité.

DSC_0503.jpg

Si j’étais une couleur, je serais une couleur de saison. Je n’ai jamais eu de véritable préférence en matière de couleur. Mes goûts et mes envies changent selon la saison. En ce moment , je serais certainement un beau prune. En hiver, j’ai tendance à me focaliser sur les bleus profonds et les dorés en période de noël. Au printemps, j’aime les pastels que ce soit jaune , rose ou vert et l’été, je me tourne vers tout ce qui tranche avec un beau bronzage.

Si j’étais un objet multimédia, je serais mon Macbook Air pour la simple raison que j’y passe énormément de temps et qu’il me permet d’écrire ici et de retoucher mes photos. 

Si j’étais un fruit, je serais  une banane. Le seul fruit que je peux manger à n’importe quel moment de la journée.

Si j’étais un bonbon, je serais un Schtroumpf ! Ce sont mes bonbons préférés depuis toujours. D’ailleurs mes amis le savent, et m’en ramène à chaque fois qu’ils passent la soirée chez moi.

Si j’étais un objet, je serais un appareil photo. C’est l’objet qui me suit le plus dans ma vie quotidienne et que j’adore utiliser pour immortaliser mes petits moments de bonheur.

DSC_0491.jpg

Si j’étais un film ou une saga , je serais Gatsby le Magnifique. Je suis fan de Leonardo Di Caprio, admiratrice de Tobey Macguire et Carey Mulligan. Ce film est très bien réalisé, les images sont splendides et l’ambiance des années 20 à New York me transporte à chaque fois. Visuellement, il fait partie, selon moi, des plus beaux films jamais filmés.

Si j’étais un dessert , je serais un macaron . La gourmandise la plus girly qui soit, et au goût incomparable. J’en mange souvent, j’adore ça!

Si j’étais un Pokémon , je serais Pikachu. Je ne suis pas très branchée Pokémon , même si j’ai vu énormément d’épisodes quand j’étais petite. Pikachu est tout de même le personnage emblématique du manga. Et puis, je le trouve adorable.

Si j’étais un filtre Snapchat, sans hésiter, je serais celui avec les oreilles de chat! D’ailleurs, j’en parle juste ici.

Si j’étais un déguisement, je serais une Cendrillon. Les longues robes de princesses m’ont toujours fascinés. Et , à mes yeux, celle de Cendrillon est la plus belle.

Si j’étais un personnage Disney, je serais Pocahontas. C’est mon dessin animé préféré.

DSC_0449.jpg

Si j’étais une musique entêtante, je serais « Chante! C’est Noël. » J’ai une histoire particulière avec cette chanson. Nous l’avons entendu, ma mère, ma soeur et moi, pour la première fois à Disneyland Paris. Depuis, c’est notre chant de Noël familial.

Si j’étais une carte à jouer , je serais l’as de pique. Là encore, c’est à cause d’une histoire particulière. Quand j’étais petite , nous jouions beaucoup à la bataille avec mon grand père et la seule carte qui , esthétiquement, sortait du lot était l’as de pique et en général , c’est moi qui l’avait. Je me souviens de ce pique dessiné à la façon mandala qui attirait toujours le regard.

Si j’étais une saison, je serais toutes les saisons sauf le printemps. C’est un peu comme les couleurs. Elles ont toutes quelque chose qui les rend belles et agréables. Sauf le Printemps! Le printemps, ça m’agace. Il fait trop chaud pour les collants, trop froid pour les robes d’été. Je ne sais jamais comment m’habiller.

Si j’étais un objet vintage, je serais un vinyle . Et plus précisément, un 33 tours de la BO de Grease.

DSC_0462.jpg

Si j’étais un lieu, je serais une plage. C’est l’endroit où je me sens le plus sereine. Peu importe la saison.

Si j’étais un accessoire de mode, je serais une paire de chaussures. Je les collectionne, je m’émerveille devant chaque nouvelle paire. C’est une véritable addiction!

Si j’étais un gout, je serais sucré. Les donuts, les macarons, les chocolats… tout ça!

Si j’étais une fleur, je serais le lys. En plus d’être la fleur des rois (cf « Si j’étais un déguisement et mon obsession des princesses ») , je trouve cette fleur vraiment belle et j’aime également beaucoup son odeur.

Si j’étais un pouvoir magique, je saurais lire dans les pensées. Parce que j’exerce un métier qui m’oblige à écouter et comprendre les enfants. J’ai toujours été attirée par le coté psychologique des personnes et j’adorerais lire dans leurs pensées.

Si j’étais un jeu pour enfant, je serais une poupée Barbie. Toute mon enfance.

DSC_0455.jpg

Mon blog en pâte à modeler.

Au début, il y avait moi et mon ennui permanent. Je n’étais pas encore maman, mais une petite étudiante de province qui passait ses journées entre ses bouquins, ses écrits et ses films. Il a fallu une recherche, une seule pour que s’offre à moi la plus jolie des vitrines de la blogosphère : Hellocoton. Ma recherche Google ce jour là? Trucs de filles. Trois mots , treize lettres. Je cherchais des écrits, des tutos, des DIY … Je cherchais tout simplement un peu plus de contenu que dans les magazines féminins qui prônent les vêtements de couturiers et les destinations alors irréalisables à l’époque. J’avais envie d’un peu de vrai, d’humain, quelque chose loin du marketing et de la consommation, loin de la vente à outrance. J’ai alors tapé « Trucs de filles« , ça me paraissait être les trois mots les plus proches de ce que je voulais. C’est assez dingue d’y penser aujourd’hui , puisqu’il aurait été peut être plus judicieux de taper « blogs, revue, DIY ou tuto » mais ça ne m’est pas passé par l’esprit. Pour moi, la mode des blogs me ramenait à mon premier Skyblog où toutes les personnes du collège et du lycée envoyait des commentaires pour donner son avis sur ma vie. Et puis, il y a eu Facebook pour remplacer ça et Skype pour mettre fin à MSN.

DSC_0127.jpg

Dans ma recherche ce jour là, c’était simplement un magazine féminin écrit par des amateurs que je voulais. Et c’est ce qu’Hellocoton a eu à m’offrir. Je me suis créé une page pour suivre mes blogueuses préférées et ne rien rater de leurs articles et j’ai commencé doucement à lire. Tous les jours, sans jamais oublier, je venais découvrir des choses par des filles bienveillantes et sans chichis, presque des grandes soeurs. Et puis un jour, je suis tombée sur le blog de Natacha Birds. Je suis tombée en amour de ses textes, de ses photos, de l’ambiance particulière de sa maison 2.0 et comme la plupart de ses autres lectrices je me suis fascinée pour sa vie onirique pleine d’amour. Ce blog est le premier que j’ai mis dans ma barre Favoris. Après quelques mois à suivre tout ce joli monde rempli de rouges à lèvres et de froufrous , je suis tombée enceinte et retrouvée à la maison à cause d’une mauvaise sciatique. L’aventure du blog a commencé là. J’aimais lire les blogs des autres mamans, celles qui étaient un peu ou carrément en avance par rapport à moi. Elles m’aidaient inconsciemment à bien vivre ma grossesse et moi j’ai créé ce blog pour que d’autres après moi puissent être rassurées. Au tout début, il était surtout question de maternité et d’un peu de loisirs comme la lecture ou le cinéma, mais très vite j’avais envie de plus, j’avais envie de parler de tout ce qui me passait par la tête. Le blog est devenu un drôle de petit objet en pâte à modeler. Je l’ai façonné à mon image, selon mes désirs et sans moyen financier. C’est un peu l’objet de mes envies. Si un jour je veux parler de mode, je me permet de façonner un look et le lendemain d’un bouquin que j’ai aimé, alors je me permet que l’incorporer au reste. Et même que récemment et contre toute attente, une rubrique sucreries est apparue dans mes catégories! Plus le blog vieillit, plus je prend en maturité dans la blogosphère et plus je comprend que c’est important de se montrer telle que l’on est sur un blog. Oui, on peut modeler un blog de toutes les façons qu’on veut si on y met un peu de temps et d’attention et surtout si on continue à communiquer avec les autres blogueuses. Cependant, il ne faut pas mentir. Et pour encore modeler un peu plus ma petite maison 2.0 , j’ai décidé de créer spécialement pour elle un compte Instagram qui verra le jour au cours du mois d’Aout , une adresse mail toute neuve mais qui portera son nom et pourquoi pas d’officialiser tout ça en lui achetant son nom de domaine. Mon blog en pâte à modeler prendra une forme de nouveau différente, lui donner une vie ailleurs qu’ici lui permettra peut être d’ajouter des cordes à son arc et des rencontres à son petit coeur tout mou . En tout cas, ce sera toujours une partie de moi.