Une petite robe noire et une veste en jean.

 

dsc_0292-2

Lorsque je ne sais pas quoi mettre le matin , la meilleure option que je trouve c’est toujours d’enfiler une paire de collants opaques et une petite robe noire. Ensuite, il suffit juste de l’accessoiriser dans le style que l’on souhaite. J’ai tout un tas de robes noires, dont certaines sont déjà apparues sur le blog mais j’avais à coeur de vous montrer celle ci qui m’a été offerte par une amie. C’est une robe près du corps de la très prestigieuse marque Mugler. J’ai toujours été une fan incontestée de ce créateur. Je trouve que ses créations sont en accord avec la femme moderne, qui assume pleinement sa féminité et ses formes. Il faut dire que cette robe est très courte et bien que n’ayant pas de décolleté, elle reste sexy. C’est pourquoi, je l’associe à des pièces bien plus masculines et amples pour casser son style. Aujourd’hui, j’ai décidé de la montrer portée avec une chemise à rayures verticales que j’adore de chez Pimkie et une grosse veste en jean brut prise dans l’armoire de l’Homme. Elle est absolument magnifique. Shoppée chez Mango il y a quelques mois, elle est assez épaisse pour contrer le froid sans pour autant être aussi désagréable à porter qu’un gros manteau. Vous savez, moi, j’aime avoir autant de facilité dans mes mouvements en hiver qu’en été, malgré les couches de vêtements supplémentaires. A mes pieds , des bottines Promod récupérées chez ma soeur et coté bijoux , des boucles d’oreilles et un collier Swarovski et ma bague favorite du moment qui vient de chez Réserve Naturelle.

DSC_0284 (1).jpg

 

dsc_0285

dsc_0306

dsc_0286

DSC_0293.jpgDSC_0299.jpg

DSC_0290 (1).jpg

DSC_0300 (3).jpg

DSC_0296 (1).jpg

Publicités

Je suis une maman zèbre.

Je suis une maman zèbre. Pas une maman poule, je suis trop cool. Pas une maman cool, je suis trop poule. Je suis au milieu, moi. Je laisse bébé suivre le groupe, mais quand il décide de tailler sa route et qu’il s’approche trop près de la cage aux lions, je le ramène près de moi. Je ne suis pas de celles qui jouent sans cesse avec lui, mais je veille toujours à ce qu’il aille bien. Je vois les prédateurs qui rôdent, mieux que n’importe qui. J’ai l’instinct pour ça. Mais lorsqu’il n’y a pas de danger je le laisse découvrir, gambader, apprendre par lui même. Je ne suis pas une maman poule, j’aurais trop peur de l’étouffer. Mais je suis tout de même irrésistiblement tenter de le surprotéger. Je suis une maman zèbre, puisque je m’entoure de famille et d’amis. Et ce n’est pas moi qui le surprotège, c’est le groupe. Puisque chacun à son rôle mais que le centre du monde pour nous, c’est lui. Je suis une maman zèbre, puisque dans la savane qu’est ma vie, on me distingue par mes rayures, celles de mon ventre qui a porté la vie. Je ne suis pas une maman cool, je n’ai pas accouché d’un roi de la jungle donc je me dois d’apprendre à mon Bébé que dans la vie il faut savoir se défendre et parfois fuir. Que même si la lionne a juste l’air d’une grosse peluche ou d’un énorme chat, il ne faut pas lui faire confiance et qu’elle essayera tôt ou tard de le manger. Qu’il existe aussi les hyènes et les vautours, qui s’intéresseront à lui lorsqu’il aura les mains pleines et qui le laisseront tomber à l’instant même où ils auront fini de le dépouiller. Mais aussi, qu’il y a les gazelles et les girafes qui partagent sans arrières pensées et qui ont un énorme coeur. Qu’il y a les siens et qu’il ne faut jamais qu’il s’en éloigne car c’est le seul vrai pilier, la seule épaule assez large pour pouvoir le porter. Je suis celle qui lui dit qu’avec de telles rayures il est inutile de se cacher, et qu’au contraire il faut être fier de ce que l’on est, de l’être que l’on devient.

Alors, tu vois, je ne suis pas une maman poule, ni une maman cool.

Je suis une maman zèbre.

zebre zzebrezebree